Je me rappelle bien de la famine des années 40

Vos souvenirs et anecdotes sur la vie Ă  Agadir avant le tremblement de terre.

Modérateur : Raspoutine

RĂ©pondre
Raspoutine
Messages : 1592
Enregistré le : 25 sept. 2006, 13:07
Localisation : AGADIR MAROC

Je me rappelle bien de la famine des années 40

Message par Raspoutine »

Agadir et les sauterelles des années 40 et 50 …
Je veux vous partager et rappeler cette histoire des criquets pèlerins qui envahissaient le Souss, périodiquement (2 à 3 fois par an).
Je me rappelle très bien des années 40 où j’ai vécu ce phénomène. Je me rappelle en compagnie de mes parents d’aller à la grande forêt d’eucalyptus entre l’ancien Casino et la base aérienne de Ben Sergao, pour « ramasser » ces criquets. On n’était pas seul, mais en compagnie de centaines d’hommes et femmes. Chaque famille utilisait un long roseau pour secouer les branches et faire tomber les criquets qui ne peuvent pas voler la nuit. Ces scènes sont accompagnées des you-yous de femmes et aussi des chants pour que les jeunes ne s’endorment pas. Il arrive qu’on remplît 2 à 3 grands sacs!
Ce n’est pas une question de « famine proprement dite » qui poussent les citadins à aller chercher ces bestioles, très riches en vitamine par ce qu’elles ne mangent que « du vert ».
Les années 40 étaient vraiment dures, c’est ce qu’on appelle …les années de famine. C’était la guerre mondiale. L’ordre était de tout envoyer aux fronts…les jeunes hommes, et tout ce qui se mange. Dans le marché rien à acheter. Nos mamans étaient obligées de chercher des racines longues et fines pour les faire bouillir jour et nuit pour nous sauver de la mort et pour que l’estomac ne « s’arrête pas » Je me rappelle bien que mes parents me placent dans la rangée à la queue leu-leu durant 7 à 8 heures ! pour recevoir une galette noire mais bien noire. Son intérieur avec des espèces d’élastiques brr... ! Que ça ou rien !
Les gens font des prières collectives pour que les sauterelles nous visitent. Elles étaient nos sauveuses !
La guerre mondiale ? On a nous aussi bien payé le prix…
J’ai vécu tout cela comme si c’était hier !
Regarder ce que ces nouvelles générations ignorent ...

https://www.youtube.com/watch?v=3P0J-5T2348

Les bienvenues sauterelles... au temps de la famine !
LAHSEN Roussafi

DESTENABES
Messages : 281
Enregistré le : 04 août 2005, 08:20
Localisation : Pyrénées Atlantiques (64)

Re: Je me rappelle bien de la famine des années 40

Message par DESTENABES »

Bonjour à tous, et à toi LAHSEN particulièrement pour ce reportage .IMPRESSIONNANT..mais j'ai connu cela , peut être pas aussi important , car pour mémo , je suis arrivé à Agadir en Avril 1959 ...donc cette date indiquée .. Dans le Sud Ouest en France dans ces année là , j'ai le souvenir d'avoir été infectés par ces criquets ..mois spectaculaire . Faut se méfier avec les températures , par exemple hier à Pau 40° , sur la côte Océane à Biarritz 41/42...et chute de 14°en 2 heures , vers 16heures , hier A/midi . Faut faire avec ..Nous ne changerons pas la nature ..qui lui appartient ..Bonne Journée ..Bien amicalement ..André , et , re merci Lahsen .

Raspoutine
Messages : 1592
Enregistré le : 25 sept. 2006, 13:07
Localisation : AGADIR MAROC

Re: Je me rappelle bien de la famine des années 40

Message par Raspoutine »

Mon cher Desténabès, grand bonjour à toi.

Si j’ai publié ces dures années 40, je voudrai faire savoir à tous ceux qui me lisent, que nous avons traversé (le désert durement) lors les années 40.
On remarque aujourd’hui que nous jetons le surplus du pain blanc, voir les gâteaux, la viande etc…
Nous gaspillons à tort et à travers. D’autres pays vivent aujourd’hui ce que nous avions vécu les années 40. Je pense qu’une tribune mondiale devrait se pencher sérieusement sur ce cas humain.
Tout est possible aujourd’hui pour sauver ces êtres humains et les aider à vivre comme nous, comme vous tous au lieu des guerres comme dans les années 40.
Ces peuples qui souffrent aujourd’hui n’ont même plus ces sauterelles qui nous ont sauvé la vie lors des années 40.
Grande amitié mon cher Destènabès.
Lahsen Roussafi

RĂ©pondre