Chalets ville nouvelle et cadastre

Ce forum est destiné à remplacer à terme la page avis de recherche du site www.agadir1960.com

Modérateur : Raspoutine

Répondre
clemence22
Messages : 35
Enregistré le : 29 nov. 2013, 00:16
Localisation : Senven Léhart - Bretagne - France
Contact :

Chalets ville nouvelle et cadastre

Message par clemence22 »

Qui a connu la famille Girardo, nos voisins au boulevard Raymond Poincar√© (nous y avons habit√© au n¬į 6 jusqu'en 1954), dans les chalets de la ville nouvelle pr√®s du march√©. des canisses en roseaux s√©paraient nos deux chalets mitoyens et je franchissais souvent cette s√©paration. Qui a connu mon p√®re, Gustave RAIMONDO qui √©tait g√©om√®tre au cadastre ???
Merci pour tout renseignement

Image

MADY
Messages : 2
Enregistré le : 10 juin 2014, 16:59

Re: Chalets ville nouvelle et cadastre

Message par MADY »

Bonjour,

J'ai connu de nom la famille Girardo. Mes parents avaient un commerce en face du cinema Rialto. Peut-être avez-vous connu la famille Olive qui s'occupait je crois du marché de la ville nouvelle ? Merci de me renseigner. Salutations

clemence22
Messages : 35
Enregistré le : 29 nov. 2013, 00:16
Localisation : Senven Léhart - Bretagne - France
Contact :

Re: Chalets ville nouvelle et cadastre

Message par clemence22 »

Bonjour,
Mes parents sont décédés depuis longtemps et j'étais trop jeune pour me souvenir d'autres personnes que nos proches voisins hélas.
amicalement
Gilbert RAIMONDO

Robebraz
Messages : 4
Enregistré le : 15 oct. 2014, 14:51

Re: Chalets ville nouvelle et cadastre

Message par Robebraz »

Bonjour

J'ai habité avec mes parents et mes deux frères, Gérard et Louis, rue de Lisbonne face à l'épicerie.
Je suis Robert Brazille j'ai 70 ans. J'avais 10 ans en 1957 quand nous avons déménagé du chalet qui se trouvait à coté de celui de M et Mme Criado avec leurs enfants, et jumelé avec le chalet de Mme Charles et ses filles dont l'une s'appelait Chantal. J'ai vécu la démolition des chalets.
J'ai le souvenir que quand je partais à pieds à l'école Boscq, je passais derrière le marché pour chercher des noyaux d'abricots pour y jouer dans la cour récréation.
Ensuite en 1958 nous avons emménagé dans l'immeuble le Décor à Talborge. En 1959 comme mon père travaillait à l'usine éléctrique à Anza nous avons emménagé dans les villas de fonction au-dessus de l'usine. Là, nous avons vécu le tremblement de terre du 29 février 1960.
La lecture de vos messages m'a permis de me rappeler des souvenirs
Salutarions

Raspoutine
Messages : 1465
Enregistré le : 25 sept. 2006, 13:07
Localisation : AGADIR MAROC

Re: Chalets ville nouvelle et cadastre

Message par Raspoutine »

Bonjour Robert
Merci de nous avoir partager ces souvenirs. Je dois te croiser quand tu habitais l'immeuble le Décor qui est sur mon chemin pour aller à mon village Ihchach. Ce bel immeuble avait bien tenu au séisme. Il avait une entrée en venant de Talborjt qui faisait face au beau jardin Caillaux et une autre entrée sur la route menant à mon village et faisait face aux services municipaux (le parc) une fois venu du pont Tildi.
Donc, si vous étiez au séisme dans cet immeuble vous ne risquiez rien, tous ses habitants étaient indemnes.
Je n'ai connu ton papa qu'en 2015 à travers mes recherches sur le tas pour faire les mémoires de la cité Anza-Aghezdiss.

Image

Image

Image

Votre papa était de permanence ce 28 février 1960 de 8 h à 8 h le lendemain et voici ce qu'il avait écrit sur le registre.
Partiellement, l'usine s'est arrêtée suite aux cours-circuits des lignes aériennes qui avaient illuminés les environs d'Aghezdiss en rouge et bleu. Une grande partie des gens de la Kasbah hors de la muraille croyaient que le feu volcanique sortait de la mer...c'était une illusion.

Image

L'usine repartait après des travaux d'urgence pour secourir le peu à secourir et les techniciens de l'usine qui gardaient au fond d'eux-même une frousse insoupçonnable étaient devenus des sismographes et voici ce que devient le registre électrique tenu à jour.

Bravo les pionniers pour votre courage et votre dévouement de refaire marcher cette usine quitte à être happer par un Tsunami dont une grande majorité parlait à tort.
Je te dédie cher Robert ces documents, il se peut que tu n'as pas ces souvenirs de ton cher papa.

Lahsen

Répondre